design
En voir plus

Daum, Opéra – 2011

Edition Limitée à 50 exemplaires, H.11 1/4 X L. 14 1/6''

 

Il crée pour Daum une nouvelle pièce entièrement inspirée de l’Opéra de Pékin dont il achevait la création. Entre projet et réalisation, construction et devenir, cette pièce répond à l’ambition de Paul Andreu de reproduire ce type de sculpture à une échelle différente. Ainsi, l’immense coque en titane et le gris sobre du grand théâtre national sont reprises à une autre échelle dans la pièce créée pour Daum.

Pièce d’une grande finition, elle présente une face extérieure polie, miroitante, évoquant une « larme d’argent », métaphore utilisée couramment pour désigner l’Opéra de Pékin.

Un lissage extrême de la coque permet un jeu de transparence, révélant ainsi une trame imprimée sur la face intérieure concave, dont les motifs gravés rappellent ceux qui ornent le plafond de l’entrée de l’opéra. Une lumière vient l’accompagner pour révéler les courbes, les gravures et le design architectural.

« Le maitre d’ouvrage de l’Opéra de Pékin me l’avait dit le premier jour : vous pouvez tout dessiner, tous les détails, des poignées de porte aux appareils d’éclairage. Rien ne pouvait me plaire davantage, j’ai dessiné plus de détails que je ne l’avais fait jusque-là. J’ai même franchi un pas au-delà du dessin en modelant l’esquisse d’un plafond, en corrigeant directement sur le chantier un tracé d’escalier, en gravant les cires des dalles de sol en bronze. Chaque fois avec un très grand bonheur.

Ensuite je n’ai pas cessé. J’ai continué à dessiner, à modeler sans le prétexte de l’architecture, librement.

L’objet que j’ai fait pour Daum se nomme l’Opéra parce que son développement dans l’espace évoque pour moi ce projet qui a tant compté pour moi. Mais aussi parce que c’est le résultat le plus abouti d’un dessin que ce projet a fait naitre. »

Paul Andreu.

_____________________________________________________________________________

En voir plus

Edition limitée Martell XO / Paul Andreu – 2009

Paul Andreu s’associe à Martell, la plus ancienne des grandes Maisons de cognac, fondée en 1715, en sublimant la carafe de Martell XO.

Un dôme cristallin à l’architecture élégante et épurée enveloppe le flacon à l’arche distinctive. Cette voûte transparente permet des jeux de lumière et magnifie les reflets ambrés du cognac dessinés par les courbes de la bouteille.

« La forme de la bouteille appelle une architecture simple, une architecture claire comme une verrière.

La bouteille est prise en son centre, elle ne pèse plus. Seule compte, dans la lumière, la couleur longtemps cachée dans les fûts ».

Paul Andreu

_____________________________________________________________________________

Création de luminaires avec Perrin & Perrin
pour l’Opéra de Pékin – 2006

« En recherche, on est parfois le maître, parfois l'élève »                                                  Cédric Villani, mathématicien

S'exprimer et travailler avec le verre, c'est avoir un parcours balisé d'expériences personnelles, ponctué de franchissements.Examiner les phénomènes de ce matériau fonde des connaissances durables et solides.Ne pas viser à l'effet facile, vite obtenu, à l’arbitraire, mais attentifs aux incompréhensions et aux quiproquos, toujours trouver une réflexion neuve et des moyens originaux pour leurs traductions.La musique, art privilégié, nous permet les transplantations, les correspondances.

Martine Perrin et Jacki Perrin vivent et travaillent à Paris.

_____________________________________________________________________________

Gem, création de luminaires avec iGuzzini pour le Terminal 2E de Roissy Charles-de-Gaulle, et utilisé également dans l’Oriental Arts Centre (Shanghai, Chine) - 2003

Suspension LED, producteur iGuzzini Illuminazione, design par Paul Andreu

 

Le travail d’une équipe encadré par un grand nom de l’architecture contemporaine comme Paul Andreu a donné naissance à un appareil qui porte en lui un rapport nouveau entre la lumière et l'espace. Gem est pourvu de coques en polycarbonate avec photogravure formée par le moule, et est traité anti-UV. La surface des réflecteurs en aluminium est micro-perforée et met en valeur le volume perçu.

Ce produit a obtenu le prix Design Plus Light + Building, en 2004.

http://www.iguzzini.com/fr/gem-suspension-up-down/

 

_____________________________________________________________________________

Le Roissy, éclairage de l’aéroport

international Charles-de-Gaulle - 1974

Conception de l’éclairage par Paul Andreu et l’équipe Philips

« Afin de conserver de nuit la cohérence des routes et des bâtiments, les architectes de l’Aéroport de Paris ont choisi d’éclairer l’extérieur de l’aérogare de la même couleur que le réseau routier « passagers » à savoir en lumière blanche, par opposition au réseau routier « service » éclairé en lumière dorée. 

De jour comme de nuit, les appareils d’éclairage et leur support doivent s’intégrer au mieux à l’environnement. Le bureau d’études Philips et les architectes d’aéroport de paris ont créé un appareil à enveloppe sphérique transparente : Le Roissy.

Ce luminaire s'est vu attribuer, en 1974, le Label Français d’Esthétique Industrielle. »

Extrait du texte de présentation Philips

> Article Revue Internationale de l'Éclairage, 1974

Bosquet