1/8
1/14

Documents à télécharger :

> Plans et coupes

> Extrait « 50 aérogares » 

> Extrait « Le Mur vivant », 1980

> Extrait « ECC Concord » 1979

_____________________________________ 

Aéroport d'Abu Dhabi, Émirats Arabes Unis

 

Un ombilic de l’espace
Pour tous les passagers en transit, Abu Dhabi se résume à un satellite autour duquel viennent se concentrer les avions. Point d’aboutissement ou d’origine de ces lignes invisibles de l’espace, c’est dans sa fonction, et dans sa forme, un ombilic, une discontinuité de l’espace au sens mathématique. Le projet d’Abu Dhabi a d’abord une justification fonctionnelle.
Les passagers en transit sont en nombre important par rapport aux passagers locaux. C’est pour cela qu’il y a deux bâtiments reliés l’un à l’autre : un bâtiment « terminal » pour l’enregistrement et la livraison des bagages des passagers locaux; un satellite rond entouré par les avions pour l’embarquement, le débarquement et le transit. Les deux bâtiments sont reliés par une galerie ayant la même fonction de « passage » que celles de l’Aérogare 1 de l’aéroport Charles-de-Gaulle.
Aérogare de taille moyenne, elle comporte toutefois beaucoup de postes d’avions, tous centrés autour du satellite, afin que les avions se vident, se remplissent puis repartent le plus vite possible.

 

Capacité théorique :
- trafic annuel : 3,1 millions de passagers
- trafic en heure de pointe : 650 passagers au départ, 750 passagers à l’arrivée
Nombre de postes avions :
- au contact : 11
- éloignés : 8
Surface de l’aérogare : 45 000 m², 7 500 m2 pour le satellite
Niveaux :
- niveau piste : traitement de bagages
- niveau 1 : trafic, départs et arrivées
- niveau 2 : services et locaux administratifs
Équipements :
- au départ : 28 banques d’enregistrement des bagages
- à l’arrivée : carrousels de livraison des bagages, 5 x 40 mètres linéaires
Parc automobiles : 1 600 places
Mise en service : janvier 1982


 

1/6
1/9